Le Corps, l'Être humain

 

7eme extrait du Livre "Le Développement Naturel".

 

 

 

  " L’expression d’ « Esprit humanisé », vient du fait que ce à quoi nous nous identifions passagèrement par notre part Esprit dans l’expérience terrestre, est le Corps, qui n’est autre que le véritable Être humain.
Pour les Animaux, Végétaux et Minéraux terrestres, il apparaît que cette Alliance avec un Corps, nécessaire pour l’expérience, ne soit pas source de confusion ni de conditionnement. La Nature terrestre*, n’a aucune difficulté à être unie avec un Corps, l’Espace de l’expérience.
L’Arbre est-il l’Entité Lumineuse qui habite celui-ci ? Le Corps
d’un chat est-il l’Âme-Esprit qui l’habite? Non. L’Entité Lumineuse Âme-Esprit et le Corps, sont Alliés passagèrement pour la nécessité et le bénéfice de l’expérience terrestre.

 

La Vérité, est que ce n’est pas l’identification au Corps en elle-même qui est l’origine des croyances conditionnantes et limitantes que l’Esprit humanisé s’impose illusoirement dans sa perception de lui-même et de l’expérience. C’est plus justement la recherche de repères de ce qui essaie de se connaître.
Même l’Intention de connaissance n’est pas problématique, si l’Esprit qui s’identifie au Corps ne s’en remet pas exclusivement à l’analyse intellectuelle. Le fait est que, par l’Intellect uniquement, tout ce qui est vu ne peut être reconnu pour son essence : l’Esprit cherche la compréhension absolue de ce qui est, en le regardant comme séparé de lui et en s’en tenant à n’analyser que sa face externe.


  Bien que la Nature terrestre ne s’exprime pas en mots humains, il est certain qu’elle en connait bien plus sur ce qui est que l’Esprit humanisé qui s’identifie à l’Intellect. Ceci, parce qu’elle est pleinement ouverte au Senti. Et le Senti, ne trompe jamais, d’autant plus lorsqu’il n’est pas dénaturé par des mots.
La Nature terrestre, tout comme ce que je suis naturellement, a la capacité de sentir ce qui lui est nécessaire de connaître dans l’Espace présent ; et elle s’en tient au Senti, sans y apporter aucune interprétation. Il en est de même pour l’Être humain – le Corps qui se donne entièrement au Service Inconditionnel pour l’expérience de Vie terrestre -.
C’est bien parce que le Corps sent, en ne cherchant aucunement à définir, ni comparer ou analyser ce qui se manifeste à lui et en lui, qu’il est entièrement disponible pour suivre continuellement ce qui est nécessaire et prioritaire pour son expérience et l’expérience de ce que je suis : il suit la Cohérence vibratoire naturelle. L’Être humain est notre 1er exemple de la raison d’être de toute forme de Vie sur Terre – et au-delà – : le Service Inconditionnel, dénué de toute Intention et Volonté de mérite et d’Idée de culpabilité. Le Corps sent, et nous fait part naturellement de ce qu’il capte.

 

 

De nombreuses sensations sont par ailleurs associées par l’Esprit humanisé à des croyances, telles que « cette sensation-ci correspond à la peur », « cette sensation-là correspond à la joie », « cette autre sensation correspond à l’amour », etc. Pourtant, en observant attentivement ce qui est vraiment manifesté en soi, il est possible de reconnaître que les sensations, bien plus que des émotions et croyances prédéfinies, sont les indicateurs de ma Résonance avec les informations vibratoires se trouvant dans l’environnement de mon Espace présent.
Si je ne limite plus ce que je sens à de simples émotions et croyances préétablies, j’ouvre mon Regard à la reconnaissance d’un véritable « dialogue vibratoire », dont les échanges sont bien plus vastes et riches que l’Esprit ne le conçoit intellectuellement.


De ce dialogue, il est possible de reconnaître, une fois de plus, que l’Esprit humanisé interprète à l’envers ce qui se passe véritablement.

 

  Il y a cette croyance commune que « je vois, j’entends ou expérimente une certaine chose, ce qui génère en moi une émotion, et fait jaillir les sensations qui y correspondent. » La réalité est tout à fait inverse, et la comprendre apporte une nouvelle légèreté dans l’expérience :
Peu importe ce qui est vu, entendu ou expérimenté, c’est d’abord le mouvement vibratoire qui est senti. Suivant la Résonance avec les informations-vibrations présentes en moi et en l’Être humain, une (ou plusieurs) sensation(s) sont ainsi manifesté(e)s. Alors, si mon Attention est fermée sur l’analyse intellectuelle, j’associe une émotion ou une pensée dont j’ai préalablement défini un effet ressemblant aux caractéristiques que je crois reconnaître dans la sensation présente.
Ceci signifie qu’en réalité, ce n’est que l’Esprit qui s’identifie à l’Intellect qui détermine à quoi correspond ce qui est naturellement senti. Par inconfort et appréhension de l’incompréhension, et donc, de non-repère dans ce qui se passe, et par oublie que tout est et vient des vibrations, l’Esprit humanisé ne conçoit pas que ce qui est senti ne soit jamais véritablement dépendant de ce qu’il croit connaître.

 

  Reconnaître et s’ouvrir à la Conscience de ce que je suis naturellement, et donc, que ce que je suis n’est pas le Corps, ne justifie en aucun cas le rejet de celui-ci. Comme il est partagé dans le Chapitre « Observer depuis le Cœur », l’Entité Lumineuse observe la Vie terrestre depuis le Corps parce que cela est nécessaire et bénéfique. Il n’y a donc aucun Besoin de se détacher du Corps quand on ne s’y identifie plus.
Pour la Nature terrestre, il n’est d’ailleurs aucune nécessité à la désidentification au Corps. Ce n’est que parce que l’Esprit humanisé se croit être l’Intellect et ainsi, dans sa confusion, analyse et divise tout ce qu’il voit, que la reconnaissance de sa Nature autre qu’humaine est utile. Et, quand bien même je comprends que je ne suis pas l’Être humain, parce que dans l’expérience nous sommes Alliés, il est essentiel et naturel que je sois uni à lui. Mon Corps, est le gardien terrestre de ce que je suis. Grâce au Corps, ce que je suis est intouchable au sein de l’expérience. En cela, l’Être humain peut être reconnu comme l’Ange gardien terrestre.

 

  Comme dans toute Union, il est naturel et essentiel que toutes les parties se respectent et s’accueillent mutuellement pour ce qu’elles sont, sans faire intervenir un jugement quelconque. Pour que le Bénéfice de leur Union puisse être manifesté, il est nécessaire que toutes les parts de celle-ci soient en symbiose. C’est-à-dire, que leur Union soit premièrement un Bénéfice pour toutes.
L’Être humain, parce qu’il ne se projette en aucune Illusion, est entièrement disponible au Senti du mouvement naturel de Vie, et par là-même, à la manifestation du Bénéfice de ce qu’il est. Comme la Nature, l’Être humain ne décide pas de son Bénéfice et ne cherche pas non plus à définir ce qui est le plus nécessaire qu’il soit, ni comment être Service Inconditionnel. Il suit simplement le mouvement vibratoire.

Il est évident que ceci est naturel pour le Corps, et il n’est pas non plus anormal que l’Esprit s’identifie passagèrement à « un Être humain dont le rôle, hautement important, serait à définir par ses soins ». Mais c’est très exactement cette Idée (que le Bénéfice que je suis, pour moi et pour la Communauté, a à "être choisi et bâtit par l’Esprit humanisé seul") qui réduit grandement sa disponibilité au Service Inconditionnel des parties qui composent son Union première.

 

Pourtant, si je sens l’Importance et la Cohérence d’être en Harmonie avec les autres formes de Vie (les autres Êtres), il est essentielle que je comprenne que cette Harmonie commence inévitablement avec les formes de Vie de mon Alliance. Et cela se traduit, déjà, par mon Attention à sentir l’état d’être cohérent avec ce que je suis et bénéfique à l’Être humain dans l’Espace présent. Parce que nous sommes Alliés pour l’expérience, observer ce que je sens me permet de recevoir tout autant d’informations sur ce qui m’est nécessaire, que sur ce qui est nécessaire au Corps.

 

  Si je ne suis pas le Corps, et qu’il n’est aucune mort véritable, que devient notre Alliance au-delà de l’expérience terrestre d’incarnation ?
L’Être humain, est formée par la Nature terrestre. Tout ce qui compose le Corps – l’Eau, les Minéraux, la Terre, etc. – retourne à la Nature. Ces vibrations continuent de suivre le mouvement naturel de Vie et sont emmenées là où il est le plus nécessaire et prioritaire qu’elles soient. 
Quand le Service du Corps sous la forme qui lui est donné pour notre Alliance est terminé, tout ce qui a été reconnu, compris et découvert dans l’expérience est contenu dans les vibrations de ce que je suis et celles qui forment le Corps. Ainsi continuent-elles d’être un Bénéfice pour le Développement de la Lumière, sur Terre et au-delà. 

Quand l’expérience terrestre présente prend fin pour l’Entité Lumineuse que je suis naturellement, celle-ci, qui a considérablement grandit et dont la fréquence est naturellement plus "élevée", conserve donc la trace vibratoire des informations essentielles découvertes. Ainsi, si l’Entité Lumineuse est amenée à une nouvelle expérience d’incarnation, la part Esprit a vibratoirement directement accès aux informations découvertes « antérieurement » ; et ce, même si elle n’est pas tout de suite ouverte à la Conscience de ceci (comme c'est souvent le cas dans une expérience terrestre d’incarnation). Au moment où cela est le plus nécessaire et prioritaire pour le Développement de l’Entité Lumineuse que je suis, l’Esprit recouvre naturellement l’accès à la mémoire de tout ce qu’il a compris et validé « précédemment ».

 

 

 

 


Belle continuation à tous,
Héliya & Co
Heart's Harmony

 

 

Please reload

Archives

February 9, 2019

Please reload

Héliya, Heart's Harmony

Vendée, La Rochelle, France - Séoul, Corée

N° Siret : 818 333 338 00015  -  APE : 8690F

©2016 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now